• Marie

Porter dans un contexte de prématurité

Parler portage pour un bébé prématuré qui vient de naître peut paraître assez étonnant…


Cependant, c’est une philosophie de soin extrêmement présente dans son quotidien.

Lui qui n’a pas eu la possibilité de continuer à être porté in utéro, va être accompagné, soutenu, porté physiquement et psychiquement tout au long de son hospitalisation et même après.


Donald Winnicott, pédiatre et psychanalyste britannique a étudié avec une attention particulière les relations entre les mères et leur bébé et il a décrit avec précision l’instauration du lien entre eux et la façon dont la mère prend soin de son enfant.

Il a défini 2 concepts différents.


Prendre soin de son enfant, c’est en premier lieu lui prodiguer des soins quotidiens et pratiques (le laver, l’habiller, le nourrir…), ce qu’il nomme le « Handling » et qui au-delà de l’aspect hygiène permet la transmission de l’émotion de la mère vis-à-vis de son bébé dans sa façon de lui prodiguer ses soins.

Mais prendre soin, c’est aussi porter l’enfant, ce qu’il nomme « Holding » et cela recouvre 2 dimensions distinctes qui s’entremêlent : on porte l’enfant physiquement, en le tenant d’une certaine manière mais on le porte aussi psychiquement en lui témoignant de l’attention, une qualité de présence, une capacité à penser ses émotions et à y répondre.


L’évolution dans la prise en charge des bébés prématurés, au-delà de l’aspect purement technique et médical, a surtout été dans la prise de conscience de l’environnement dans lequel on s’occupe de lui et des répercussions que cela peut avoir sur son développement. Parler soin de développement, c’est réfléchir à toutes les stimulations nécessaires à son bon développement (position, portage, présence parentale, odeur maternelle…) et au contraire, à celles qui vont le perturber (luminosité, bruits, odeur, non respect du rythme…).


On a donc commencé à « porter » beaucoup plus les bébés prématurés : on leur a proposé des cocons dans leur couveuse pour les regrouper et leur permettre une motricité libérée rassurante, on les a enveloppés pour les soins, les mobilisations, on a favorisé le peau à peau précoce et continu, on a développé les chambres seules...

On le fait également par la parole : la voix rassurante des parents, la berceuse d’une soignante, les mots qui aident à guérir des psychologues…

Et puis on les porte en équipe pluridisciplinaire, en partenariat avec les familles pour un projet de vie adapté et individualisé.


Un bébé prématuré se retrouve donc porté dans son quotidien bien plus rapidement qu’on ne l’imagine et les soignants se doivent de transmettre tout cela aux parents pour les aider à trouver leur place et à créer ce lien essentiel avec leur bébé.


Le bandeau de peau à peau rassure dans les premiers temps à l’hôpital puis l’écharpe de portage, bien adaptée aux prématurés, prend le relais ensuite, surtout au moment de la sortie où ce besoin de contact permanent devient indispensable dans certaines histoires pour aborder la suite du chemin plus sereinement.



Posts récents

Voir tout