• Marie

Maman

Je la découvre à tâtons, 100% sensorielle et elle est ma référence absolue alors que n'ai pas encore pointé le bout de mon nez. Elle devient mon environnement idéal, mon refuge, une partie de moi-même, ce qui me rassure et me ressource à tout moment pendant mes premiers mois. Elle est ma sécurité, ma référence, mon modèle, mon code de loi, ma base de repli, ma réassurance dans mes premières années. Elle reste près de moi ensuite, à m'accompagner dans toutes mes découvertes, à frémir lors de mes expériences, à s'émerveiller de mes réussites, à m'aimer infiniment malgré mes défauts et continuant à vanter mes qualités. Et même quand j'aurai l'impression de ne plus avoir besoin d'elle, elle saura rester disponible pour la moindre difficulté. Elle est devenue mère en jouant à la poupée, en s'occupant de ses neveux, en projetant un avenir commun dans les yeux de son amoureux. Elle est devenue mère à 16 ou à 42 ans, sans forcément le vouloir ou en l'espérant tant. Très facilement, sans y penser ou après tant de piqûres, de traitements, de ratés. Elle est mère, elle le sait déjà, même si rien n'est encore prouvé. Elle est mère d'un bébé qui s'est trop tôt envolé. Elle est mère une fois mais aussi jusqu'à 8. Elle est mère, toute simple, de jumeaux ou de multiples. Elle est mère par amour car les gènes ne font pas tout. Elle naît mère plus tôt que la date prévue, chez elle au calme ou dans l'effervescence de l'hôpital, en tête à tête ou dans une pièce remplie de blouses blanches.

Tellement vite ou après de longues heures, en ressentant tout ou sous anesthésie générale. Debout, accroupie, allongée, en hurlant ou dans le silence. Elle est mère, comme elle le sent, comme elle les aime, comme elle le vit, comme ça lui plaît, comme elle en est capable et le reste n'a aucune importance ! Elle est maman.



4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout