• Marie

Le 1er body

Le premier body.

Une chose qui semble anodine mais qui est pourtant très symbolique pour beaucoup de jeunes parents. La prématurité, comme pour beaucoup d'autres choses change la donne et peut ajouter une difficulté supplémentaire à cet évènement pourtant positif...


Les choses ont heureusement bien changé depuis 20 ans et les marques de référence ou initiatives pour réussir à proposer des vêtements adaptés aux plus petits prémas sont apparues progressivement. Cela reste encore difficile pour certains parents et il ne faut pas négliger cette étape en tant que soignant.


Bidiboo vous propose un nouveau texte pour sensibiliser sur ce sujet.



Hier, au moment du peau à peau, l’infirmière qui s’occupe souvent de toi avait un grand sourire quand elle t’a posé dans mes bras.

« Ce sera encore plus facile pour l’installer demain, on aura un fil en moins ! »

Devant mon air interrogatif, elle a précisé : « Demain, on enlève le KT ! Plus de perf ! »


Ça semblait génial mais je me suis sentie encore plus bête car au lieu de me réjouir, mon premier réflexe a été de m’inquiéter.

Est-ce que ce n’était pas un peu trop tôt ? Est-ce qu’il n’y avait pas de risque à l’enlever aussi vite alors que tu ne respirais pas encore tout seul ?


« Ne vous inquiétez pas, si cette décision a été prise par les médecins, c’est qu’il n’en a plus besoin. Et puis, c’est formidable, on va pouvoir lui donner un bain ! On le programme pour demain après-midi, ça vous va ? Vous pourrez apporter un petit body pour l’habiller. »


Je voyais bien qu’elle était persuadée de me faire plaisir et qu’elle m’annonçait ça comme un cadeau.

La pauvre, elle a dû être un peu déçue car je n’ai pas sauté de joie.

J’ai souri poliment et j’ai répondu que « oui cela allait être formidable » et « quelle taille fallait-il prendre pour un body » et « où le trouver ? ».

J’essayais de jouer mon rôle de maman du mieux que je pouvais mais au fond de moi, je me maudissais de ne pas avoir posé la question de ce fichu body avant et je me demandais comment j’allais réussir à me débrouiller pour en trouver un adapté pour le lendemain.

On m’avait tellement dit que tu n’avais besoin de rien dans ta couveuse que je me retrouvais un peu déboussolée.

J’avais l’impression de me faire encore surprendre, comme lors de ta naissance. J’enrageais de ne pas avoir prévu, de ne pas être à la hauteur une fois de plus.


Je ruminais mes pensées tout en te caressant doucement la tête lorsque je l’ai vu revenir avec un tas de tissus bien plié.

« Je sais que les mamans aiment bien choisir le premier vêtement pour leur bébé et vous n’aurez sans doute pas le temps d’en acheter un pour demain… On en a toujours d’avance ici, alors en voici quelques-uns si vous souhaitez décider de celui que vous allez lui mettre. Je vous laisse regarder. »


Ils m’ont semblé minuscules… Je ne savais même pas qu’une telle taille existait. Ça m’a émue de t’imaginer dedans et j’ai choisi celui qui semblait être le plus doux.


Et maintenant, je suis devant toi, gesticulant comme un petit ver tout nu dans ta couveuse, à moitié caché par la serviette qui t’enveloppe.

Je tiens le body d’une main en me demandant un peu ce que je vais en faire.

Pourquoi tant de pression !?! Et c’est le cas de le dire, quand on voit le nombre qu’il y en a sur si peu de tissu !


Patiemment, Carole, ton infirmière du jour me guide, me montre comment te mobiliser pour t’embêter le moins possible, pour faire passer ta petite main dans la manche et enfin trouver une correspondance à chaque fermeture.


Je me sens épuisée, j’ai chaud mais te voilà habillé pour la première fois sous mes yeux.

Je crois voir comme un regard moqueur dans tes yeux de petit bonhomme devant tant de maladresse de ma part.


« Faut un diplôme d’ingénieur pour réussir à le fermer correctement, hein ? » rigole Carole.

« C’est normal, c’est le tout premier et vous faites ça dans une couveuse, avec plein de fils et de tuyaux… En vrai, vous êtes une championne ! Vous allez voir, dans quelques semaines, vous ferez ça les yeux fermés ! »


Je ne peux pas retenir la larme qui coule sur ma joue…

Une championne qu’elle a dit…


C’est surtout que, pendant qu’elle disait ça, j’ai vu soudainement apparaître sous mes yeux, maintenant que tu es habillé, le petit bébé que tu es…



Posts récents

Voir tout

Le lange

 

07 66 70 92 05

  • Instagram
  • LinkedIn
  • Facebook

©2019 by Bidiboo.