• Marie

Le lait de mère en prévention de la douleur

La prise en charge de la douleur chez les nouveau-nés est enfin devenue indiscutable (les premières études datent de 1991) mais un petit rappel n'est jamais inutile car prendre en charge la douleur c'est bien, mais le faire de façon efficace c'est nettement mieux !

Lorsqu'on donne une solution sucrée à un bébé, associée à la succion de sa tétine, il faut impérativement respecter le délai de 2 minutes pour que cela soit efficace. Ne le faire qu'au moment douloureux n'a aucun sens.

Il faut également rester vigilant sur le mode d'administration (pour éviter la fausse route).

Enfin, la quantité administrée doit être suffisante pour être efficace (entre 0,5 et 2 ml en fonction du poids).

De la même manière, savoir pourquoi on le fait et être capable de l'expliquer est primordial pour ne pas donner une vision erronée aux parents un peu déboussolés et qui pourraient mal l'utiliser ensuite : "Vous lui mettez du sucre pour qu'il oublie la douleur ? C'est pour le consoler ?"

NON.

Le sucre ET la succion associés permettent la sécrétion d'endomorphines qui ont un rôle antalgique.

Cet article, mis à jour récemment, mentionne l'efficacité du lait de mère autant que celle du sucre, surtout lorsqu'il est associé au maintien de l'enfant en position physiologique pendant le soin douloureux (le "Tucking").

La diminution de la douleur est alors évaluée à plus de 95%.

L’étude présentée permet ainsi d’ajouter des preuves supplémentaires concernant l’intérêt du lait maternel dans la gestion de la douleur du nouveau-né, et plus particulièrement des prématurés.


Il est donc primordial de former spécifiquement les soignants qui exercent auprès des bébés et sont amenés à lui prodiguer des soins inconfortables ou douloureux.

La prise en charge de la douleur doit être en toute occasion non négociable et efficace !

Retrouvez l’article dans son intégralité :

https://www.infirmiers.com/les-grands-dossiers/douleur/lait-maternel-soins-douloureux-chez-premature.html